Navigation

AES B8410 | StATI Risorgimento italiano (Scatola 3) (Abschrift)

Staatsrat Tessin an Alfred Escher und Josef Munzinger, Lugano, Sonntag, 1. Oktober 1848

Schlagwörter: Eidgenössische Kommissäre TI, Flüchtlinge (Italien), Flüchtlingskonflikte (Tessin), Konflikte mit Drittstaaten, Landesverteidigung und Militär, Regierungsrat TI, Tagsatzung

Briefe

No 38599.

Lugano ce 1r Octobre 1848

CONFÉDÉRATION SUISSE LE CONSEIL D'ÉTAT de la République et Canton du Tessin

À Messieurs les Réprésentans federaux dans le Tessin Landamman Joseph Munziger et Conseiller d'État Alfr. Escher
Lugano.

Trés-honorés Messieurs,

En nous présentant la lettre de créance du 23 septembre par laquelle le haut Directoire au nom de la Diète vous a accredités comme Représentans fédéraux dans le Tessin nos Président et Sécrétaires d'état nous ont fait rapport de l'échange de sentimens qui eut lieu à cette occasion. Nous ne pouvons que vous assurer que les sentimens de satisfaction qui vous furent exprimés sur votre arrivée sont parfaitement les nôtres et que nous envisageons votre présence dans la crise actuelle comme un gage du bien étroit et indissoluble qui unit ce canton à la Confédération. Nous avons reçu votre honorée du 27. 7bre qui contient diverses demandes auxquelles nous nous serions | empressés de repondre toutes les donnés necessaires eussent été à notre connaissance.

1o L'émigration italienne (en grande majorité lombarde) est éparse dans beaucoup de localités du Canton principalement à Mendrisio, Lugano, Locarno, Bellinzona, et leurs environs. Nous ne sommes pas en mesure de vous donner le nombre de l'émigration civile. La militaire est maintenant on peut dire concentrée à Lugano dans les convens: elle se monte à 5 cents à peu-prés. Par notre résolution du 4 courant les commissaires de district ont reçu ordre d'inviter les emigrés de cette categorie à s'éloigner vu qu'ils avaient le choix entre le Piemont et la France qui leur étaient egalement, overts. Depuis lors à-peu-près quatre cents ce sont eloignés: mais il arrive que nonobstant le nombre ne diminue pas, au contraire il s'augmente. Ainsi nous avons écrit par notre lettre du 17 au Vorort que le nombre était reduit à 400 et il est maintenant de 500 après le départs de nombreux detachements. Ce fait s'explique par cela que beaucoup de jeunes gens qui vivaient auparevant de leurs propres | moyens sont réduits à en appeler au Comité de secours. De plus il arrive journellement de jeunes lombards qui veulent se soustraire à l'ordre de rejoindre le Ban Jellaché en Croatie. Les émigrés ne reçoivent point de secours réguliers du Gouvernement les militaires logés dans des bâtimens de l'état reçoivent du Comité lombard de secours une demie livre autrichienne par jour. Les fonds ont été recueillis par le mayeur de réprésentations théatrales de vente d'objets à la loterie, de souscriptions etc on nous rapporte qu'ils sont près d'être épuisés.

Pour faciliter le départ nous allouons 4 journées à chaque homme composant les transports en raison de 15 à 20 sols de Milan par homme et par jour.

Nous faisons distribuer quelques objets de vêtemens à ceux qui en sont demues, comme souliers et pantalons.

2o Les emigrés civils sont surveillés par nos commissaires de district. Nous n'avons aucun sujet de | plainte. Les militaires subissent outre la surveillance disciplinaire de leurs chefs une surveillance particulière de notre commissaire de Lugano. À chaque cas particulier dont les commissaires ont soin de faire rapport, le Gouvernement prend les décisions et donne les ordres et directions nécessaires. La circulation des armes a principalement attiré notre attention et la Direction générale des péages et douanes qui est le plus à même de veiller sur cet objet a été invitée à avoir l'oeil ouvert. Nous n'avons verifié aucun inconvenient dont l'importance mérite d'être constaté.

3o La force du bataillon Demarchi était au 24 7bre comme il en appert par la situation de ce jour de 669. h. dont 184 à Lugano y compris le Commandant, 131 à Locarno, 113 à Bellinzone y compris le major, 12 à Morcote, 52 à Mendrisio, 21 à Chiasso, 21 à Stabbio, 21 à Novazzano, 18 à Arzo, 42 à Ponte Cremenaga, 29 à Ponte Tresa, 21 à Termine, 6 à Astano. Il n'y a eu que fort peu de changemens depuis le 24 septembre.

4o On ne peut préciser les forces autrichiennes à la | frontière puisqu'elles sont toujours en mouvement. On peut admettre que cette force depuis Maccagno jusqu'au lac de Como se monte à environ 9 m. h. d'infanterie (croates, Reisinger – et quelques chasseurs) 500 hussares et alans et 500 artilleurs. Elle est disseminée dans les localités de Maccagno Luvino, Cremenaga, Ponto Tresa, Brusinopiano, Porto lombardo, Viggiù, Arcisate, Varese et Como. À Porlezza il n'y avait point de force permanente jusqu'ici, mais elle est annoncée.

5o Les mesures menacées par le maréchal Radetzki ont reçu leur exécution. Porlezza qui était resté ouvert à la communication devra d'après une lettre d'hier, envoyée par exprés, de l'Imp. et Royale Délégation de Como, être incessamment fermé.

En revanche une lettre d'avant hier du magazinier de Maccagno nous annonce que la livraison du sel cera faite comme par le passé.

6o Il nous serait difficile de vous donner le nombre des Tessinois expulsés: nous nous occupons de recueillir les renseignements y relatifs. En | attendant nous croyons pouvoir vous donner le chiffre de 2000 comme le plus probable. Ces pauvres gens se sont généralement rendus dans leur commune: ils ont tous reçus l'insinuation de s'en prendre à leur Gouvernement des cruelles mesures aux quelles ils ont exposés. Mais il n'est pas à notre connaissance que ces excitation aient obtenu d'autre resultat qu'une indignation prononcée contre celui qui les a ordonnés.

a.) Nous ne pouvons dire quel est le nombre des Tessinois restés en Lombardie ni par quelle raison. C'est au fait qu'il y en a.

b. Nous avons l'honneur de vous donner copie du rapport du 25. 7bre du 2eme Sous-Lieutt Galletti touchant les insultes que auraient été faites à une sentinelle Suisse à Pontetresa. Nous y joignons la copie d'une lettre du Lt Colonel fédéral Stoppani sindic de Ponte Tresa qui peint au vif les rigueurs exercées contre les ressortissans de sa commune et le ressentiment qui en est la suite.

Voilà Mrs les Représentans, ce que nous pouvons | Vous communiquer dès-à-présent. Nous nous ferons un plaisir comme un devoir de vous tenir au courant de ce qui peut intéresser votre mission.

Veuillez en attendant agréer l'expression de notre haute estime et considération.

Pour le Conseil d'Etat
Le Président
Le Sécrétaire d'Etat

Pour copie conforme
Le Sécrétaire d'Etat
G. B. Pioda

Annexes.

1. Circulaire du 7. 7bre basée sur la resolution du 4.
2. Situation du bataillon Demarchi du 24. 7bre
3. Rapport du 2eme souslieutenant Galletti du 25. 7bre
4. Lettre du magazinier du sel Baniocchia à Macagno de 29. 7bre
5. Lettre de l'Imp. et R. Délégation de Como du 30.
6. Lettres de créance du 23. 7bre de Mrs les Representans féderaux