Navigation

Korrespondenz: Alfred Escher – Louis Favre

AES B8238 | SBB Historic VGB_GB_SBBGB03_017

Louis Favre an Alfred Escher, Altdorf (UR), Dienstag, 3. November 1874

Schlagwörter: Gotthardbahnprojekt, Tunnelbau, Unglücksfälle

Briefe

ENTREPRISE
DU
TUNNEL DU GOTHARD
L. FAVRE & CIE
No

Altorf (CANTON D'URI-SUISSE), le 3 Novembre 1874

Monsieur A. Escher, Président du Comité de Direction du Chemin de Fer du Gothard,

Zurich

Monsieur Le Président,

Nous avons l'honneur de vous accuser réception de votre honorée lettre du 30/31 Octobre, relative à l'explosion de la poudrière à poudre noire, située sur nos chantiers de Goeschenen.

Avant de discuter la question d'emplacement de la poudrière à dynamite qui fait l'objet principal de votre lettre, nous nous permettons de rétablir succintement les faits pour ce qui regarde l'explosion dernière.

La matière explosive contenue dans la poudrière sautée le 19 Octobre, n'était point de la dynamite, mais de la poudre noire ordinaire. La quantité contenue était de 1100 Kilogrammes. Aucun accident grave n'a eu lieu; les dégâts se sont bornés à des bris de vitres, soit sur nos chantiers, soit dans le village; aucune muraille n'a été lézardée, les cantines même qui se trouvent en face, n'ont aucunement souffert.

Pour ce qui est de cette explosion, ainsi que pour tout ce qui regardera la suite de cette lettre, nous avons fait établir un plan coté que nous y joignons, qui vous permettra de | suivre exactement la discussion et de vous rendre compte des inconvénients que peut entraîner telle ou telle position choisie pour l'emplacement de la poudrière.

Sans préjuger en rien des justes observations que vous pouvez nous faire et des décisions que vous croirez devoir prendre pour l'avenir, nous chercherons cependant à vous démontrer que l'emplacement ordinaire 1 est situé das les conditions les plus favorables au village; nous n'avons même pas craint, contre nos intérêts, de découvrir 2 nos chantiers pour protéger les habitations de Goeschenen. 3

Se reportant au dessin ci-inclus, la poudrière est placée au pied d'un talus de 4 mètres environ de hauteur. Les distances minima et maxima de la poudrière au village, à vol d'oiseau, sont de 200 mètres, pour une seule maison située au tournant de la route construite postérieurement à notre Entreprise. Le village lui-même est à 350 mètres au moins. 4

Considérons la situation topographique des terrains qui avoisinent la poudrière, et supposons que l'explosion vienne à se produire aujourd'hui. La colonne d'air déplacée prendra trois chemins différents: ou elle suivra à droite le pied de la montagne en fuyant vers la Reuss du coté du Nord; ou elle se dirigera sur nos chantiers; ou encore, en dernière supposition, elle viendra se briser contre le talus auquel est accôtée la poudrière.

Les deux premiers courants ne sont nullement nuisibles | au village: le premier est complètement perdu, le 2eme se dirige sur nos chantiers protégés le mieux possible 5 par un fort cavalier en terre surplombant de 2 mètres la poudrière. Le 3eme seul est nuisible au village, et encore la colonne d'air déplacée, déviée forcément par le talus, est-elle rejetée à une hauteur, affaiblissant relativement le danger.

Est-il possible de placer la poudrière autre part. 6 Pour nous, nous ne le croyons pas. Tel a déjà été l'avis de la commission de police du Canton d'Uri, qui n'a pu trouver d'emplacement plus favorable. 7

Reculera-t-on la poudrière vers le nord en la plaçant 8, comme on en avait eu déjà l'idée près du petit torrent qui descend de la montagne vers la Reuss? La situation serait alors plus défavorable au village, la colonne d'air trouvant un débouché direct sur le village par la vallée de la Goeschenen Reuss. Plus loin, elle se trouverait trop rapprochée de la route du Gothard et des travaux futurs de la ligne. Il faut éviter également de l'installer dans des endroits exposés aux éboulements fréquents dans ces parages; le danger au lieu d'être combattu deviendrait plus considérable encore.

Toutes les raisons que nous nous sommes permis de vous 9 exposer, Monsieur le Président, si elles ne sont pas définitivement concluantes, vous éclaireront du moins sur les motifs qui nous ont conseillé jusqu'à ce jour de ne point déplacer notre poudrière, certains qu'un autre emplacement restant dans les limites extrêmes de nos besoins offrirait encore moins de sécurité. |

En dehors des solutions plus favorables que vous pouriez trouver, Monsieur le Président, nous nous efforçons d'apporter dès aujourd'hui, un remède serieux aux inconvénients graves qui pourraient survenir dans l'avenir; nous pensons qu'un remède principal dans tous les cas est de restreindre le plus possible la provision de dynamite en magasin. 10 Pour cela, malgré les dépenses qui nous sont occasionnées, nous multiplions nos transports, nous contentant de garder sur nos chantiers le strict nécéssaire pour quelques jours de travail.

Nous attendons, Monsieur le Président, les observations que 11 vous croirez devoir nous faire en réponse à celles qui précèdent, vous assurant d'avance de tout notre concours pour arriver arriver 12 à une solution qui satisfasse les intérêts de tous.

Dans l'espoir que vous accueillerez bien notre lettre, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l'assurance de notre haute et respectueuse considération.

L. Favre

Kommentareinträge

Nachträgliche Inhaltsangabe oben links auf Seite 1 von dritter Hand: «Aeußerung Favre's betr. Verlegung des Pulver- & Dynamitmagazins in Göschenen | 1 Beil. | I. Depart. » – Nachträglicher Stempel oben rechts auf Seite 1 mit von dritter Hand eingetragener Nummer: «Gotthardbahn | 30 NOV. 1874. | No 7615.» – Nachträgliche Notiz unten rechts auf Seite 1 von dritter Hand: «Prot. 18. XI. 74. N. 2357.»

1Wort nachträglich von Eschers Hand mit Bleistift unterstrichen mit Notiz: «2. a.»

2Wort nachträglich von Eschers Hand mit Bleistift unterstrichen.

3Zeile nachträglich mit Ausrufezeichen von Eschers Hand mit Bleistift markiert.

4Nachträgliche Notiz von Eschers Hand mit Bleistift: «Spital Arbeiterwohnungen Cantine [Untere?] Gebäude» .

5Wortfolge nachträglich von Eschers Hand mit Bleistift unterstrichen.

6Wort nachträglich mit Fragezeichen von Eschers Hand mit Bleistift markiert.

7Zeile nachträglich von Eschers Hand mit Bleistift markiert.

8Absatz nachträglich von Eschers Hand mit Bleistift markiert.

9Nachträgliche Notiz von Eschers Hand mit Bleistift: «2. b. | Vorschläge Metzger

10Zeilen nachträglich von Eschers Hand mit Bleistift markiert mit Notiz: «I. a» .

11Nachträgliche Notiz von Eschers Hand mit Bleistift: «I.b Dynamitmagazin nicht aus Stein.»

12Wort nachträglich von Eschers Hand mit Bleistift durchgestrichen.

Kontexte