Navigation

Korrespondenz: Alfred Escher – Louis Favre

AES B7537 | SBB Historic VGB_GB_SBBGB03_010

Louis Favre an Alfred Escher, Altdorf (UR), Mittwoch, 3. Dezember 1873

Schlagwörter: Gotthardbahn-Gesellschaft (GB), Gotthardbahnprojekt, Gotthardtunnel, Mont-Cenis-Bahn, Tunnelbau

Briefe

ENTREPRISE
DU
TUNNEL DU GOTHARD
L. FAVRE & CIE
No 11

Altorf (CANTON D'URI – SUISSE) le 3 Décembre – 1873.

Monsieur Escher, Président du Comité de

Direction du Chemin de fer du Gothard,

Zurich.

Monsieur Le Président,

Je suis en possession de votre honorée lettre du 29/30 Septembre écoulé, par laquelle vous me demandez des explications & des détails sur le programme que j'ai eu l'honneur de vous remettre le 21 août dernier, en vertu de l'art. 10 de notre Convention du 7 août 1872.

Je viens aujourd'hui satisfaire à votre demande.

Au 23 août der il restait à percer environ 14280 mètres; (plus exactement 14.274 m10) et mon programme, pour l'avancement de la Petite galerie, était le suivant:

Du 23 août 1873 au 23 Août 1874 _____ 1800 m

_________ 1874 _________ 1875 _____ 1900 "

_________ 1875 _________ 1876 _____ 2100 "

_________ 1876 _________ 1877 _____ 2200 "

_________ 1877 _________ 1878 _____ 2300 "

_________ 1878 _________ 1879 _____ 2400 "

_________ 1879 _________ 1880 _____ 1580 "

Total égal 14.280. "

Vous avez été frappé, Monsieur le Président, de la | progression annuelle qui ressort de ces chiffres; & vous avez émis des doutes sur la réalisation. Quant à moi, je suis convaincu qu'il en sera ainsi; et les raisons sur lesquelles je base mes espérances reposent à la fois sur la théorie & sur la pratique. Lorsqu'il s'agit d'une oeuvre qui doit s'accomplir dans un délai de huit ans avec des moyens peu étudiés & par conséquent peu connus, mais dont l'efficacité est un fait acquis, il est impossible de ne pas admettre que ces moyens ne subissent de perfectionnements sensibles par un usage prolongé qui permettra d'en reconnaitre à la longue jusqu'aux moindres défauts. Ce n'est pas dans un an, dans deux ans, que moi, mes agents & mes ouvriers auront le plus d'expérience dans le métier: c'est le dernier jour. Et la preuve en est dans les faits passés, dans la marche des travaux du Mont-Cenis; ainsi, en 1864 on a fait au Mont-Cenis 1087 m 85, tandis qu'en 1870 on a fait 1635 m 30; la progression moyenne1 a donc été de 100 mètres par an de 1864 à 1870. Eh! bien, ce sont les mêmes chefs des machines du Mont-Cenis qui dirigent la perforation au tunnel du Gothard; & ils reconnaissent qu'il y a toujours autant à faire aujourd'hui que le premier jour au Mont-Cenis: chaque perfectionnement en appelle un autre. D'un autre coté, les équipes ne sont pas composées des ouvriers du Mont-Cenis, mais bien, en majeure partie, d'ouvriers qui voient pour la première fois des perforatrices, des apprentis qu'il faut former, diriger, qui travaillent plus habilement dans 4 ans qu'aujourd'hui & à plus forte raison dans 7 ans.

C'est là, Monsieur Le Président, mon appréciation sincère; c'est ma conviction. Et tant qu'elle n'a rien de contraire | à la raison, je ne vois pas qu'il soit possible de me contredire raisonnablement.

Quant à la progression de 200 mètres entre les années 1875–1876, je l'explique par ce motif qu'en 1876 nous aurons quitté le granite à Goeschenen pour entrer dans le rocher anphibolique, dont la dureté est bien moins grande.

Je vais maintenant vous donner mon programme d'avancement des autres parties de mes travaux; & auparavant, je me permets de vous faire observer, Monsieur Le Président; que les renseignements ci-après, me paraissent être d'une importance bien secondaire, attendu que la marche de ces travaux est subordonnée à l'avancement de la petite galerie.

Quoi qu'il en soit, voici mon programme:

1o pour l'excavation complète:

Au 23 Août, il restait a exécuter__14.818 m 00 c

Du 23 Août 1873 au 23 Aout 1874 ___ 1600 m.

_________ 1874 _________ 1875 ___ 1900 "

_________ 1875 _________ 1876 ___ 2100 "

_________ 1876 _________ 1877 ___ 2200 "

_________ 1877 _________ 1878 ___ 2300 "

_________ 1878 _________ 1879 ___ 2400 "

_________ 1879 _________ 1880 ___ 2318 "

Total égal __ 14.818 mètres

2o pour les maçonneries:

Je ne sais pas au juste quelle longueur du tunnel la Compagnie désire faire maçonner; mais, en me reportant | à l'annexe No 2 de notre Convention; laquelle fait partie intégrante de mon marché et m'a servi de base pour l'établissement de mes prix de maçonneries; je trouve que la dépense s'élèvera pour les maçonneries à 5.400.000 francs. Cette dépense représente un revêtement sur le tiers au maximum de la longueur de la galerie, soit environ 4973 mètres.

Ne sachant pas dans quelle partie du tunnel la Compagnie désire faire maçonner, je ne puis donner un programme pour les maçonneries, lesquelles du reste ne doivent pas retarder l'achèvement du tunnel.

3o pour la pose de la voie, la ballastage &a :

Du 23 Août 1879 au 23 Août 1880 – 14900 mètres c'est-à-dire toute la longueur du tunnel définitif.

Dans l'espoir que ces explications vous donneront pleine satisfaction, je vous prie d'agréer, Monsieur Le Président, l'assurance de mes sentiments respectueux.

L. Favre

P. S. Nous recevons à l'instant votre honorée lettre du 2 courant, à laquelle celle-ci répondait par anticipation. [F.?]

Kommentareinträge

Nachträgliche Notiz in der Mitte links auf Seite 1 von dritter Hand: «Geht an den Oberingenieur der Gotthardbahn zur Äusserung. Luzern, den 9. Dezember 1873. Vor der Direktion: Schweizer» . – Nachträgliche Notiz unten rechts auf Seite 1 von dritter Hand: «Prot. 29. XII. 73. N. 1666.»

1Wortfolge nachträglich von dritter Hand mit Bleistift markiert mit Notiz: «!»