Navigation

Korrespondenz: Alfred Escher – Carlo Bombrini

AES B7074 | SBB Historic VGB_GB_SBBGB01_014 (Entwurf)

Alfred Escher an Carlo Bombrini, Zürich, Samstag, 11. November 1871

Schlagwörter: Bankinstitute, Bundesrat, Eisenbahnen Finanzierung, Gotthardbahnprojekt

A la Banca Nazionale
dans le Royaume d'Italie
à Florence1

Zurich, le 11 Nov. 1871

Monsieur

J'ai l'honneur de vous accuser réception de votre estimée lettre du 7 courant, qui contenait votre déclaration d'adhésion au Consortium pour la formation du capital nécessaire à l'exécution du chemin de fer du S. Gothard.

À cette occasion, j'ai l'honneur d'attirer votre attention sur les dispositions contenues dans le § 18 de la Convention principale du 10 Octobre 1871 et relatives au cautionnement à déposer par les établissements financiers et maisons de banque qui font définitivement partie du Consortium. Vous vous empresserez sans doute de satisfaire à ces dispositions.

Il vous sera peut être agréable d'apprendre que, sur la demande d'un établissement financier italien, le Conseil fédéral Suisse a consenti à accepter comme cautionnement des titres de rente Italienne 5%, au cours du jour, et à ce que ces titres soient déposés entre les mains d'un tiers, sous le sceau et à la disposition de la Légation Suisse, à charge pour le déposant de supporter les frais qu'entraînerait ce dépôt. Je ne doute pas que votre honorable Banque ne soit admise à jouir de la même facilité, si elle le désire. |

Quant à la dernière phrase de votre honorée lettre du 7 courant, je ne m'en explique pas bien le sens. Si cette phrase se rapporte à la réduction, je crois devoir vous faire observer que votre Banque a été traitée, sous ce rapport, plus favorablement même que les autres coparticipants, et que si une somme de Fr. 16.600.000.– a été attribuée à la Società Generale di Credito Provinciale e Comunale, qui avait pareillement souscrit pour 34 millions, il ne faut pas perdre de vue que cet établissement a dû, à ma demande, comprendre sous sa signature divers autres souscripteurs dont il devait être tenu compte dans l'intérêt de l'entreprise et par égard pour des services rendus pendant la longue période de démarches préparatoires. Il serait d'ailleurs injuste d'oublier que le rôle actif de la Società Generale dès le début des négociations pour la formation du capital, a sensiblement contribué à leur succès. Du reste, je n'ai pas besoin d'ajouter que rien ne serait plus loin de mes intentions que de ne pas apprécier pleinement le concours d'un établissement aussi puissant que le vôtre.

Agréez, Monsieur, l'assurance réitérée de ma considération la plus distinguée.

Le Representant du Comité de la Réunion des Cantons et des Compagnies Suisses de chemins de fer, promotrice d'une voie ferrée par le S. Gothard:2

Kommentareinträge

1Adresse unten links auf Seite 1.

2Brieftext von dritter Hand ohne Unterschrift.

Kontexte