Navigation

Korrespondenz: Alfred Escher – Charles Ducoster

AES B6874 | SBB Historic VGB_GB_SBBGB01_010

Charles Ducoster an Alfred Escher, Lugano, Sonntag, 28. Februar 1869

Schlagwörter: Bundesrat, Eisenbahnstrecken Konzessionen, Gotthardbahnprojekt, Regierungsrat TI, Öffentliche Beteiligungen (Infrastruktur)

Briefe

Monsieur le Président Escher
Zuric

Lugano 28 février 1869.

Très Honoré Monsieur,

J'ai l'honneur de vous confirmer ma lettre du 24 court sur plusieurs objets de laquelle j'attends vos obligeantes instructions.

Hier le conseil d'Etat m'a fait parvenir pour le Comité, la communication de son approbation de l'acte de cession LuganoChiasso, que j'ai l'honneur de vous remettre ci-joint avec sa traduction. J'avais insisté ces jours auprès de ces Messieurs afin qu'ils donnassent prompt cours à cet objet, qui est plus pressé que celui de Locarno à cause des négociations à ouvrir pour le tronçon Camerlata Chiasso; aussi hier j'ai eu l'assurance que la communication au Conseil fédéral serait faite dans la journée. C'est maintenant au Comité et aux ex-Concessionnaires à solliciter le Conseil fédéral.

Quant à Locarno, dès que votre avis télégraphique de la ratification donnée m'est parvenu, j'ai télégraphie Mons. Bacilieri le priant d'adresser hier soir même la demande au Conseil d'Etat, a Mons. Pioda (avec lequel j'en étais convenu) et que ce matin j'y aurais apposé en ma signature accompagnée du dépôt de ma procuration.|

M. Bacilieri m'a répondu qu'il devait au préalable attendre la lettre du Comité annoncée par le télégramme; que cependant il allait réunir son Comité. Mons. Pioda a été d'avis que l'allasse moi-même à Locarno afin d'éviter tout retard, ou intrigues – c'est ce que je ferai ce soir, et y serai demain à 11 h – J'en ai prévenu Mons. Bacilieri.

J'ai à vous ajouter aujourd'hui, que Mons. Ommanney a fait une nouvelle communication à Mons. Borsa, que cet ami s'est empressé de me soumettre – Parsuite j'ai l'espoir que d'ici 4 à 5 jours je pourrai recevoir du susdit Monsieur les bases d'une proposition sérieuse, et surtout avantageuse pour le Comité, en ce sens qu'elle assurerait une partie importante do capital de construction des deux lignes tessinoises, et peut-être éventuellemt et par avance, de la ligne BiascaAirolo. Les trois lignes coûteront approximativement.

La LuganoChiasso Millions 4½ à 5
La LocarnoBiasca " 4½ à 5
La BiascaAirolo, suivt M. Koller " 17½ à 18 et
suivant la Commission italienne " 27,896,235

c. à. d. que suivant les prix pratiqués et praticables ici et les modifications Koller pour la Leventine (places inclinés) le total des lignes tessinoises serait de 30 millions envon et suivt l'ancien projet (Commission italienne, projet Beck et Gerwig) ce serait 40 millions, chiffre rond. Le Comité aura à se décider définitivement quant au mode de construction dans la Léventine. Si donc,| comme je l'espère, les propositions de Londres me parviendront d'après les vues indiqués à M. Borsa, je m'empresserai, Monsieur, de vous les communiquer, afin qu'au cas de convenance vous puissiez négocier directement avec Londres, si vous le préférez. Je serai en tout cas heureux d'avoir annoncé cet important élément au Comité.

La seule difficulté que j'ai faite, est, qu'il est impossible que des constructeurs, Anglais ou autres, qui assument une partie du coût en titres dela Société concessionnaire puissent établir des prix aussi bas qu'on pourrait les obtenir au moyen du systême des petits lots que l'on soumissionne, surtout au Tessin, où sans conteste l'on travaille aux plus bas prix possibles, en partie à cause de l'abondance de touts les matériaux, dont une partie est cédée gratuitement. Le problème à résoudre, au cas où il convienne au Comité de trouver un tiers, et peut-être plus, de son capital de construction au Tessin sans compter les 2 millions de subsides de l'Etat, et 1 million au moin, en Actions des Communes, Como et Milan,, est de rapprocher assez les prix des constructeurs de ceux du pays, pour qu'il en résulte un avantage, sous l'aspect de la participation au capital et de la sécurité et promptitude de l'exécution.

C'est pour résoudre ce problème, que je m'entoure ici de tous les éléments pratiques qui existent, et que je discute avec les ingénieurs qui ont été engagés dans les constructions déjà faites, aussi bien qu'avec les entrepreneurs, tous ouverte de vieilles connaissances et qui se mettent volontiers à ma disposition.| Considérant comme terminée ma mission actuelle au Tessin, quant aux Concessions, je m'occupe des conséquences. Je serais heureux d'avoir votre approbation de cette direction donnée à mon activité, ne pouvant rester sans rien faire; celà est impossible.

Mons. le Président Bazzi me prévient à l'instant que la demande des Locarnais n'est pas venue. Je partirai donc par la Diligence de 6 heures, ce soir, et serai demain matin à 11 h à Locarno, d'ou je vous télégraphierai; delà je passerai à Bellinzone où le Gouvr arrivera mercredi matin, et où je presserai la ratification du conseil d'Etat. – Avant de partir je me mettrai d'accord avec Mess. Lavizzari et Fraschina, pour qu'ils s'adressent desuite au Conseil fédéral, et sollicitent de leur côté, la ratification de Berne.

Dans l'espoir d'avoir sous peu le plaisir de vous lire, j'ai l'honneur de vous renouveler, Très honoré Monsieur Escher, l'assurance de ma haute considération,

Votre très dévoué Serv.

C. du Coster

P. S. Vous eûtes, Monsieur, l'obligeance de me faire savoir il y a 5 à 6 semaines par Monsr Koller, qu'au cas de besoins d'argent j'eusse à m'adresser à Mons. Zingg – Je n'y eus pas recours; mais, avec toute la délicatesse qui distingue Mons. l'avoyez, à l'occasion de son dernier voyage il voulut bien m'en offrir et m'en remettre. – Postérieurement, le 12 court je pris la liberté de lui passer ma note du bimestre Décre Janvr , sur laquelle il me revient fr 1005.05. dont j'ai réellemt besoin. Or ne recevent point de communications à ce sujet, me permettrez-vous, Monsieur, de solliciter votre intervention obligeante afin que cela soit règle? Je risquerais de ne plus pouvoir bouger d'ici.

Le susdit