Navigation

Korrespondenz: Alfred Escher – Clemente Maraini

AES B5724 | SBB Historic VGB_GB_SBBGB01_006

Clemente Maraini an Alfred Escher, Florenz, Montag, 23. Oktober 1871

Schlagwörter: Eisenbahnen Finanzierung, Gotthardbahn-Gesellschaft (GB), Krankheiten

Briefe

Florence 23 Octobre 1871.

5 Via Magenta

Honoré Monsieur,

Je vous écris du lit, ou malheu reusement je suis réténu dépuis plusieurs jours par une violente fièvre reumatique. Vous ne pouvez pas concevoir, cher Monsieur Escher, la douleur qui m'opprime pour ce contretemps dans un moment si difficile ou j'aurais eu besoin de toute mon activité. Mais mon medecin me fait esperer que dans la semain je pourrais sortir et me rendre à Rome.

Mr Servadiò qui à eu l'amitié de venir me voir chaque jour, m'as tenu au courrant de la marche des affaires. Selon le desire que vous avez exprimée dans la lettre que vous lui avez addressée je lui ai comuniqué les noms de mes amis capitalistes qui m'avaient chargée de demander une participation et les ayant trouvés excellents sous tous les rapports, il les à accepté dans le grouppe de la Société Generale. Je vous suis reconaissant, a vous et a Mr Servadiò, de cette marque de confiance et d'amitié.|

Mr Servadio vous transmettras demain ma demande avec celle de son grouppe.

Je dois vous dire, honorable Monsieur, que si le publique en general à acceuilli la nouvelle sur la constitution de la Société, avec une veritable satisfaction, les banquiers italiens, en general, n'ont pas bien compris l'operation financière. La plus part de ces gens n'ont pas l'habitude d'étudier, et ils ne comprennent que les mesquines operations de bourse. Mais malgré cela, et malgré la petite guerre que les adherants de Mr Weill-Schott, font à cette affaire, il receuillera les meilleurs noms d'Italie.

J'éspere si ma santé se retabli d'être a Rome Samedi: j'en ai éxtreme besoin pour surveiller le transport de tous les effets de mes bureaux et de ma maison.|

Helas! combiens d'embaras me cause ce transfert d'une capitale, au quel j'assiste et dont je suis part.

Si vous le jugez convenable je compte publier des articles sur l'importance financière de l'operation du Gothard. Je crois que cette publication sera tres utile pour le public italien.

Mr Correnti et Mr Pioda qui sont venu me voir, me prient de vous presenter leurs salutations. Mr Pioda dans cette semaine à amelioré sa santé, et j'augure que le climat de Rome lui soit favorable.

Lorsque vos graves occupations vous laisseront du temps, j'éspére que vous me donnerais des nouvelles sur les dispositions du nouvel Conseil d'Administration, à mon égard.

J'attends avec impatience amicale la nouvelle de votre nomination à President du Conseil,| et alors seulement je serais sûr du triomphe definitif de la cause du Gothard.

Mille amitie de votre admirateur devoué

Ingre Clem. Maraini