Navigation

Korrespondenz: Alfred Escher – Clemente Maraini

AES B5720 | SBB Historic VGB_GB_SBBGB01_006

Clemente Maraini an Alfred Escher, Florenz, Freitag, 13. Oktober 1871

Schlagwörter: Eisenbahnen Finanzierung, Gotthardbahn-Gesellschaft (GB)

Briefe

Florence 13 Octobre 1871

5 Via Magenta.

Honorable Monsieur,

Je m'empresse de vous presenter mes remerciments pour le telegramme que vous avez eu la courtoisie de m'envoyer.

La nouvelle de la Convention conclue par vous, à eu ici un accueuil favorable, quoique on fût surpris, parmi le public, de ne pas voir des noms italiens, entre les Banques qui ont signée le traité.

Mres Correnti et Castagnola, que j'ai vu dés mon arrivée, me chargent de leurs compliments les plus cordiales envers vous pour le bon resultat qui a couronnée vos efforts partriotiques. De donner une base financière solide à l'entreprise, était sans doute la question la plus difficile: vous l'avez resolue entiérement; et desormais les choses marche ront selon vos idées et vos projets.|

Je suis en train d'effectuer le transport de ma famille a Rome, et j'espère pour le 25 court d'avoir fini cette emigration assez penible et désagréable.

Mais comme j'ai encore ici mes bureaux, ainsi je vous prie de diriger à Florence le bonnes nouvelles, ou les instructions que vous pouvez juger convenable de me donner.

Excusez, honorable Monsieur, si je vous ai rappelé, dans mon telegramme, la proposition dont nous avons plusieurs fois causé, sur la participation de 5 milions à accorder a une reunion de Capitalistes qui m'ont donné pour cela procuration.

Je crois que les honobrables personnes qui m'on prié de les résprésenter en cette proposition, pourront être tres utiles| en Italie pour accrediter l'entreprise au point de vue financier, soit par leur position, soit par leur relation. Comme j'ai eu l'honneur de vous dire, parmi eux il y a aussi des Tessinois. Mais j'ai une delegation, et je pense signer pour eux et faire pour eux tout vèrsement necessaire.

Je vous prie d'agréer, Mr Escher mes augures pour l'avenir de la nouvelle Societé du Gothard, et mes sentiments d'amitié les plus empressée.

Votre devoué

Ingre Clem. Maraini.

P. S. La santè de notre excellent ami Mr Pioda, à malheureusement empiré de baucoup, dans ces derniers jours. C'est un veritable malheur pour nous qui l'aimons tant, pour sa famille, et pour les interêt de notre Suisse. Mais esperons toujours en Dieu!