Navigation

Korrespondenz: Alfred Escher – Clemente Maraini

AES B5693 | SBB Historic VGB_GB_SBBGB01_006

Clemente Maraini an Alfred Escher, Florenz, Donnerstag, 24. Februar 1870

Schlagwörter: Eisenbahnen Finanzierung, Società per le strade ferrate alta Italia (Oberitalienische Eisenbahngesellschaft) (SFAI), Splügenbahnprojekt

Briefe

DIREZIONE DEL GIORNALE IL DIRITTO

Florence 24 Fevrier 1870 5 Via Magenta

Monsieur,

J'ai reçu votre honorée du 6 Fevrier que j'ai lu a Mr Correnti & Mr Nemorino de Gênes qui se trouvait il y a quelque jours à Florence. J'en ai donné aussi comunication à Mr Jacini.

De sa part Mr Correnti m'a comuniqué votre lettre du 17 Fevrier, à laquelle il me prie de repondre en son nom, étant Mr Correnti depuis quelques jours très souffrant pour une grave fluxion de poitrine. Hier, moi et Mr Pioda, nous avons été chez lui, et nous avons causé longuement sur la condition actuelle des choses qui nous interessent.

Les ménées des Splugistes Suisses et Milanais, ont pris dans ces derniers temps un caractère réelment inquiétant. Par des informations sûr qui me sont arrivée, je sais que derriére ce mouvement, il y à la main de Mr Rothschild qui en Italie à baucoup d'influence. Son but est celui d'empêcher tout passage, pour ne pas avoir de concurrence contre ses lignes Italiennes, et pour ne pas debourser les 10 millions, que la Haute Italie, est obligée de payer vis a vis du gouvernement. | Mr Vitali, representant de l'entreprise generale des constructions de la Victor-Emanuel, homme trés denié, est evidement son agent dans ces travaux qu'il a executé au Splugen.

Mais malheureusement il y a toujours des dupes. Et à Milan specialment on en a trouve une quantitè considerable. Il ne reussiront a rien, mai ils peuvent retarder la marche des affaires.

Les bonnes dispositions du gouvernement Italien, sont assurée: mais excepté Mr Correnti aucun n'à de l'entusiasme, et le mauvais vouloir des provinces Lombards pourrait réfroidir le Ministére et le Parlement.

Ainsi il faut agir incessamment sur l'opinion publique et sur la haut finance Italienne. J'ai ecrit dans ces jour à Mres Bellinzaghi, Fano, Jacini, Negri, Nemorino de Génes [ etc?], et j'éspére baucoup dans leur cooperation.

La question grave à present, c'est d'emporter les 3 millions à fond perdu que Milan doit voter. Avec ces 3 million nous aurons assurée les 20 millions, et pour les 25 qui manquent a former le 45 Millions promis dans le traité | de Berne, le gouvernement est pleinement decidé à les demander au Parlement, qui ne refusera pas.

J'ai écrit même a Mr Nemorino, que Génes pour épouvanter Milan devrait demander au Ggouverne ment, que si les subsides Milanais ne sont pas voté, on se fixe exlusivement sur la ligne de Cittiglio, laissaint la ligne CamerlataLuganoBellinzona, pour le derniére periode de construction. J'espére que cette menace feràs son effet.

Un autre malheur du Gothard, c'est qu'en Italie il trouve des defenseurs convaincu, comme Mr Jacini, Mr Correnti etc, mais il ne trouve pas d'appui dans la haut banque comme en Suisse.

Vous devez bien comprendre que je vous dis cela comme une opinion qui est divisè aussi par mes amis, qui n'ont comme moi même, aucun interet personelle á faire prevaloir. Mr Correnti, Mr Pioda, et les amis désinteressé du Gotthard, voient comme moi, ce point faible de notre Campagne.

Il faut que les financiers Italiens soient persuadé d'entrer avec leur influence et leur argent dans cette affaire, et qu'ils entre au même conditions des capitalistes Suisses. Lorqu'il seront avec vous, il vous donneront un appui serieux; & la banque à toujours baucoup d'influence.|

Je crois que de cette maniére vous reussiriez, à contre carrer les interêt Splughistes, avec des interèt Italiens. Si mon conseil vous parait acceptable, vous avez assez de connaissance en Italie pour vous diriger directement, sans que j'y entre aucunement.

Je vous recomande specialement la ville de Milan, qui est la plus important aussi moralement pour la reussite de l'affaire.

Mr Correnti et Mr Pioda, qui me prient de leur salutations les plus émpressée, croient trés utile et, plus encore, nécessaire l'envoi d'un Commissaire du Comité du Gothard, pour traiter l'affaire a Gênes a Milan et a Florence. Mr Feer-Herzog serait le plus propre a cette mission, et il pourrait venir directement á Florence pour prendre les intelligences necessaire pour agir a Gênes et à Milan. J'éspere qu' une Commission de Genois s'unirá a lui pour aller a Milan.

Mais il faut se hâter, et rester sur place jusqu'à la definition des subsides Milanais et du projet de loi que le Gouvernement doit presenter.

Madame Maraini vous remercie du bon souvenir que vous conservez de notre visite a Berne et je vous prie d'agréer les salutations les plus empressée de

Votre devoué

Ingre Clem. Maraini