Navigation

Korrespondenz: Alfred Escher – Giovanni Battista Pioda

AES B5064 | SBB Historic VGB_GB_SBBGB01_005

Giovanni Battista Pioda an Alfred Escher, Turin, Montag, 15. Mai 1865

Schlagwörter: Eisenbahnanschluss an ausländische Netze, Eisenbahnen Verträge, Gotthardbahnprojekt, Grimselbahnprojekt, Lukmanierbahnprojekt, Splügenbahnprojekt, Öffentliche Beteiligungen (Infrastruktur)

Turin ce 15 mai 1865

Monsieur et cher Ami,

Le Senat ayant adopté avant-hier la loi sur les chemins de fer il en découle deux conséquences: que le réseau italien est consolidé et que le Ministre peut maintenant s'occuper de la ligne des Alpes, sur laquelle il rejetera toute son activité. Déjà il a ordonné à la commission d'experts d'avoir à faire son rapport pour la fin du mois courant: et lorsque je lui ai dit que Mr Koller avait encore quelques renseignemens à donner et quelques chiffres à rectifier il ne m'a pas caché son impatience. Vous saurez qu'à l'heure qu'il est le Lukmanier disparait toujours plus de l'horizon quoique la commission tecnique, à ce que l'on dit, lui voue encore sa préférence. car ses fauteurs se rattachent les uns au Gothard, les autres au Splügen. Il y aura un rude combat avec celui-ci. Cependant le rapport de Mr Koller | et le rapport tecnique ont fait de fortes brêches et le terrain pour le Gothard n'est pas non plus mal préparé. Mais au fond je ne crois pas qu'en Italie les considerations tecniques et politiques seront décisives entre les deux lignes. Ce qui decidera ce sera la qualité des subsides offerts en dehors de l'Italie. Car si jadis, lorsque la crise financière était seulement prévue mais qu'elle n'avait pas encore éclaté, l'Italie pouvait moralement dominer la situation, il n'en est plus de même aujourd'hui, où les préoccupations financières ont pris le dessus. Et Mr Jacini l'a bien laissée échapper, cette idée, dans notre dernière entrevue. Je veux en venir à Vous dire que l'important est d'arriver escorté d'une société solide et de beaucoup de millions suisses et allemands. En un mot si Vous pouviez présenter une société formée qui se chargeât de la | construction moyennant une prise d'actions ou une subvention de fr. ... de la part des Gouvernements Suisses Allemands et Italien intéressés, je crois que Vous auriez gain de cause.

Ici peu de monde parle de la Grimsel mais ceux qui en parlent, en parlent avec humeur. Du reste, dit-on ici, la Grimsel n'appelle pas le Nüfenen mais bien l'Albrunn.

Au Tessin la société cessionnaire de Sillar n'a pas grand crédit: cependant elle travaille. Mr Villa qui a le tronçon LocarnoBiasca est un homme qui a des moyens et une très-grande activité. Il a demandé un changement de tracé qui continue la ligne sur le côté droit du Tessin jusqu'à dépassé Gudo, au lieu de passer le Tessin à Cugnasco où le lit ne présente que des sables mouvants: mais il y a une cabale contre lui à cause que la ligne | de Lugano assumée par Genazzini n'avance pas aussi rapidement. Et pour le discréditer on dit qu'il est contraire au St Gothard. Je crois que c'est là une pure cabale, car Mr Villa m'a assuré personnellement du contraire, en ajoutant qu'il serait bien aise de continuer la ligne, par ex. jusqu'à Giornico, si on le désirait. La convention avec Rotschild lui prescrit de construire les 10 kilom. entre Chiasso et Camerlata aussitôt que la ligne ChiassoLugano; et les 8 kilom. SestoArona en quatre ans. On travaille déjà à cette dernière et la ligne MilanoSesto (le moyen) sera ouverte à la fin du mois. J'ai à parler au Ministre des finances pour le traité de commerce, après quoi j'irai à Florence chercher mon appartement, dans lequel je pense entrer s'il est possible dans le courant de juin. En attendant il faudra être tantôt ici tantôt là, car si la plupart des Ministres seront à Florence une partie des ministères sera ici. |

Aussitôt à Florence je saurai Vous dire quand il conviendra que Vous y arriviez.

Le traité de commerce est en bonne voie, mais ces certificats d'origine qui ont été admis dans le traité français et que par conséquent l'on réclame ici aussi, sont une pierre d'achoppement.

Je ne Vous parle pas de mes traces de déménagement: c'est un ennui que je n'ai pas le droit de partager avec les amis.

Je ne veux pas omettre de Vous dire que votre lettre du 26 déc. m'a fait beaucoup de plaisir. Si je n'ai pas répondu plutôt, c'est que par Mr Koller Vous avez eu tous les renseignemens désirables.

Je désire bien avoir des nouvelles de votre bonne santé, ma famille est assez bien, et Vous fait ses complimens. | Veuillez si Vous m'écrivez m'adresser votre lettre ici, d'où, si je n'y suis pas, on me l'enverra à Florence.

Agréez mes cordialités et croyez-moi

Votre dévoué

J. B. Pioda