Navigation

Korrespondenz: Alfred Escher – Louis Favre

AES B2668 | CH-BAR#J1.67#1000/1363#200*

In: Jung, Escher Briefe, Band 1, Nr. 190

Louis Favre an Alfred Escher, Altdorf (UR), Dienstag, 22. Dezember 1874

Schlagwörter: Bittbriefe (diverse), Gotthardbahn-Gesellschaft (GB), Gotthardbahnprojekt, Gotthardtunnel, Presse (allgemein), Tunnelbau, Unglücksfälle

Briefe

ENTREPRISE
DU
TUNNEL DU GOTHARD
L. FAVRE & CIE
No

Altdorf (Canton d'Uri-Suisse), le 22 Décembre 1874

Officieuse.

Monsieur A. Escher, Président du Comité de Direction du Chemin de fer du Gothard à Zurich

Monsieur,

Vous avez sans doute appris l'explosion de la fabrique de dynamite d'Ascona.1 La gravité et les suites de cet accident ont été considérablement exagérées dans les journaux de la localité. Vous pourrez vous en convaincre en prenant connaissance de la lettre2 que j'ai reçue d'un des gérants de cette fabrique et dont je vous envoie la copie. D'après cette lettre vous verrez que sans l'entêtement inexplicable des autorités locales, persistant malgré toutes les représentations à interdire l'entrée de la fabrique aux directeurs eux-mêmes, les deux dernières explosions n'auraient pas eu lieu. Tout le désastre se serait borné à la première explosion, qui n'avait occasionné que la perte de quelques matières en préparation et il n'y aurait pas eu à déplorer les accidents qui ont frappé les personnes.3

Le but évident de ces rapports exagérés et de tout le bruit qui s'est fait dans le pays et dans la presse | locale au sujet de cet accident est d'arriver à obtenir la suppression de cette fabrique, qui n'a jamais rencontré que mauvais vouloir de la part de la population et des autorités locales. C'est sur ce point que je désire attirer votre attention. Il est reconnu par tous ceux qui se sont occupés de travaux que la dynamite est indispensable pour faire promptement et économiquement les percées de tunnel et les travaux de déblais dans le granit. Aujourd'hui ce produit est employé dans tous les pays; en gêner l'emploi ou la libre fabrication serait amener une perturbation dans les prix de revient des grands travaux. La Compagnie du Gothard qui a encore d'importants travaux dans la vallée du Tessin à faire soumissionner, à donc le plus grand intérêt à ce que la concurence pour la fabrication de la dynamite subsiste soit au point de vue de la qualité soit au point de vue du prix.

Si la fabrication de la dynamite est supprimée dans le Canton du Tessin, le monopole sera par le fait établi au profit de la Fabrique d'Isleten. Ce monopole produira une augmentation inévitable sur le prix de la dynamite, augmentation qui se reportera sur les prix des travaux qui restent à faire dans la vallée du Tessin.

Les Entrepreneurs qui seront Chargés de ces travaux tiendront compte naturellement dans leurs Conditions | et du prix élevé de la dynamite et du manque de garantie pour la bonne qualité de ce produit. Telles seraient les Conséquences du monopole.

Je viens donc vous prier d'user de votre haute influence pour maintenir la liberté de la fabrication de la dynamite dans le Canton du Tessin.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'assurance de ma haute Considération,

L. Favre

Kommentareinträge

1Am 13. Dezember 1874 ereignete sich ein schweres Explosionsunglück in der von Chavannes, Brochon und Compagnie geführten Dynamitfabrik in Ascona. Bereits am 14. Mai 1874 war die Dynamitfabrik durch eine Explosion vollständig zerstört worden, wurde aber an derselben Stelle neu errichtet.Vgl. Bundesrathsbeschluss in Sachen des Rekurses der Herren Chavannes, Brochon und Compagnie in Ascona, betreffend Erstellung einer Dynamit-Fabrik auf den Inseln Brissago im Lago Maggiore (vom 11. August 1875), in: BBl 1875 IV, S. 593–594; Prot. BR, 24. August 1874.

2 Vgl. Schreiben Chavannes, Brochon und Compagnie an Louis Favre und Compagnie, 19. Dezember 1874 (BAR J I.67-8).

3 Die Geschäftsführer der Dynamitfabrik schildern in ihrem Schreiben an Favre ausführlich die Umstände, die zu dem Unglück führten. Nach einer ersten Explosion um die Mittagszeit, die nur geringe Schäden anrichtete, hinderten die Behörden der Gemeinde Ascona die Arbeiter am Betreten der Unglücksstelle. Infolgedessen entzündeten sich Sprengstoffvorräte, da sie nicht mehr gekühlt wurden. Resultat dieser wesentlich stärkeren Explosionen waren 1 Toter und 5 Verletzte sowie grosse Materialverluste. Vgl. Schreiben Chavannes, Brochon und Compagnie an Louis Favre und Compagnie, 19. Dezember 1874 (BAR J I.67-8).