Navigation

Korrespondenz: Alfred Escher – Louis de Weck-Reynold

AES B2488 | CH-BAR#J1.67#1000/1363#534*

Louis de Weck-Reynold an Alfred Escher, Freiburg im Üechtland, Donnerstag, 23. Juni 1870

Schlagwörter: Bittbriefe (diverse), Presse (allgemein), Schweizerische Kreditanstalt (SKA), Öffentliche Beteiligungen (Infrastruktur)

Briefe

DIRECTION
DES FINANCES
DU
Canton de Fribourg
BUREAU DE LA DIRECTION

Fribourg le 23 Juin 18 70.

Monsieur le docteur Alfred Escher
conseille national
à Zurich.

Monsieur le conseiller

Je prends la liberté de vous envoyer ci-joint un suplément au Chroniqueur sur les chemins de fer de la Broie.

Les interets que l'établissement de Credit Suisse a dans notre ligne, la bonté que vous m'avez toujours témoignée, votre grande experience dans les questions de chemin defer, me décident à vous prier de bien vouloir dérober quelques minutes de votre temps pour jetter un coup d'oeuil sur ce travail. J'y joins les rapports de MM Montenach et Herzog sur la même question. Vous verrez ainsi que, contrairement aux accusations qui pleuvent sur nous, que si nous ne voulons pas consentir a laisser construire une ligne rivale de la nôtre, nous cherchons tous les moyens de donner satisfaction à ce qu'il y a de légitime dans les désirs des Moratois.

J'ose espérer que vous voudrez bien à l'occasion parler en notre faveur aux membres du conseil fédéral, dans ce sens qu'on nous laisse le temps de terminer les études| qui actuellement se font sur le terrain. Nous avons l'intention d'aborder ensuite les communes avec un plan et un devis qui permette de calculer exactement les charges. Vous savez que nous avons garranti deja une subvention au minimum de 840000 frs et malgré les articles de quelques journaux qui reçoivent des correspondances de Morat, nous avons l'espoir de ralier les populations, dont la grande majorité est [antizipa...?].

Serais-je indiscret en vous priant de communiquer ces pièces à votre collegue Mr Eugene Escher et de le prier d'en dire quelque chose dans la Nouvelle Gazette de Zurich. Votre appui pourrait nous être très utile dans cette question, j'ose espérer que vous voudrez bien nous l'accorder. Vous savez que d'un autre côté vous pouvez aussi compter sur moi et sur mes collègues et même dans la question de la revision soyez sur que les Fribourgeois s'ils n'adaptent pas toutes les propositions feront voir comme ils l'ont deja fait une fois, qu'ils sont bien loin d'être aussi retrogrades qu'on veut bien le dire.

Mais je vous entretiens trop longtemps, permettez moi de vous présenter mes hommages et l'expression de l'entière confiance que je mets en vous.

Agreez, Monsieur le docteur, l'assurance de ma parfait consideration

Ls Weck Reynold.