Navigation

Korrespondenz: Alfred Escher – Jules Martin
  • 1820
  • 1830
  • 1840
  • 1850
  • von Jules Martin, 22. Oktober 1857 Schlagwörter: Familiäres und Persönliches, Regierungsrat VD, Bundesrat, Wahlen, Nationalrat, Compagnie de l'Ouest-Suisse (Westbahn) (OS), Eisenbahnen Bau und Technik, Kuraufenthalte, Westbahnkonflikt (1856/57) AES B1677
  • 1860
  • 1870
  • 1880
  • o. J.

AES B1677 | CH-BAR#J1.67#1000/1363#341*

Jules Martin an Alfred Escher, Vevey, Donnerstag, 22. Oktober 1857

Schlagwörter: Bundesrat, Compagnie de l'Ouest-Suisse (Westbahn) (OS), Eisenbahnen Bau und Technik, Familiäres und Persönliches, Kuraufenthalte, Nationalrat, Regierungsrat VD, Wahlen, Westbahnkonflikt (1856/57)

Briefe

JULES MARTIN
Avocat
VEVEY

Vevey 22 Octobre 1857.

Mon cher ami,

Je n'ose presque plus prendre la plume aujourd'hui, après un silence aussi prolongé et surtout dans les circonstances où nous nous sommes trouvés. Tu as du certainement trouver que je tenais bien peu à l'affection que tu m'avais témoignée & aux promesses que je t'avais faites avant de quitter Berne.

Cependant il n'en est rien: pendant mon séjour aux bains il m'a été impossible d'écrire: après mon retour, j'ai trouvé énormément d'occupation en arrière, et cette question de chemins de fer qui avait marché [venait?] encore ennuyer tellement qu'on avait pas le courage de s'en occuper.

Tu auras trouvé sans doute que le Canton de Vaud avait été trop loin & qu'il s'était aliéné encore le peu d'amis qui lui étaient restés fidèles. Peut être, mais il était bien difficile de sortir de cette position. D'ailleurs je n'approuve pas toutes les mesures de notre Conseil d'Etat: mais ces Messieurs agissent sans consulter leurs amis, et sous peine de passer a l'ennemi ou de rompre la majorité on est obligé de les soutenir. |

Il faut avouer aussi que le Conseil fédéral a agi avec bien peu de tact, même avec maladresse et inhabileté. Il s'est laissé mener par Stämpfli & ils ont cru assurer leur reélection au mois de Decembre prochain.

– Maintenant nous sommes entièrement occupés d'élections: la lutte sera vive surtout dans l'Arrondissement de Lausanne & Vevey: je ne sais trop encore qui l'emportera des partisans d'Oron ou de nous. Il est vrai que c'est dans cet arrondissement qu'est concentrée toute l'opposition Oroniste & que dans les 2 autres Cercles, ils n'essayeront pas même de faire une liste, car il leur serait difficile pour ne pas dire impossible de trouver même des noms a proposer et encore moins des électeurs pour les voter.

Mais nous passerons tous les 4 ou nous succomberons ensemble, il n'y a pas de milieu: d'un coté Blanchenay, Martin, [Chérix?] & Puenzieux, de l'autre Dapples, Eytel, Bachelard & Fornerod.

Je regrette bien la position que Fornerod a prise: mais tu sais, il est un peu vacillant, l'on ne peut pas trop se fier à lui. J'ai fait, lors des réunions préparatoires, tout ce que j'ai peu en sa faveur; je voulais éviter qu'il acceptât la candidature de nos adversaires: je lui ai écrit | dans ce sens, mais il n'a pas voulu s'y décider et maintenant je suis obligé de travailler contre lui, pour ne pas assurer un triomphe aux Lausannois.

Dans notre canton l'opinion publique se prononce toujours plus fortement dans cette question de chemin de fer pour le gouvernement, je crains que bientôt on ne puisse même plus contenir la population. En tout cas, ce que tu prévoyais jadis est arrivé, c'est que l'on s'est complètement aliéné le canton de Vaud, qu'il serait prêt à travailler au changement des institutions de 1848. C'est un résultat déplorable, mais on nous a bien mal traités depuis 2 ans.

– D'un autre côté le Conseil d'Etat ne se conduit pas très bien vis à vis de la Compagnie de l'Ouest, il semble lui [chercher?] chicane & lui susciter des difficultés à chaque pas: ce sont de mauvais procédés qui lui feront du mal & qui finiront par compromettre nos chemin de fer, surtout Jougne.

– Je ne sais trop si j'aurai le plaisir de te revoir à Berne, car mon élection est loin d'être assurée: mais en tout cas nous nous retrouverons et il me restera toujours un souvenir bien agréable de ton amitité & du temps que nous avons passé ensemble.

J'espère que Madme Escher est bien, veuilles lui présenter nos salutations les plus affectueuses de la part de ma femme & de la mienne, en attendant de la revoir soit à Vevey soit à Zurich.

Adieu, mon cher, excuses mon long silence et crois a l'amitié cordiale de

Jules Martin.

Je t'écrirai après nos élections. J'ai vu que Dubs avait accepté sa nomination aux Etats, il parait qu'il renonce a te faire opposition. Les travaux d'Oron n'avancent guères, je crois que l'affaire va s'abandonner.

Salues nos connaissances de Zurich, quand tu les verras.

Kontexte